Blog | Humeur, réflexion et développeloppement personnel

Troubles alimentaires: Aborder les fêtes de fin d’année en toute sérénité!

17 décembre 2018

Je vous propose un article un peu particulier aujourd’hui à 10 jours des fêtes de fin d’année! Comme vous le savez peut-être j’ai été atteinte de troubles du comportement alimentaire (TCA) pendant de nombreuses années. Et je sais à quel point la période des fêtes de Noël peut être source de grandes angoisses. Pour des personnes que je qualifierais de « lambdas » ces repas de fête sont synonymes de joie, de partage, de retrouvailles en famille, de cadeaux, de convivialité… Pour d’autres, ces repas sont source d’angoisse voir de phobie! Le fait de ne pas contrôler le contenu de son assiette, les quantités, le mode de cuisson… De devoir enchainer parfois plusieurs gros repas sur plusieurs jours et à des heures décalées. De devoir partager un repas avec d’autres personnes et se sentir observé voir jugé sur ce que l’on mange (ou ce que l’on ne mange pas!!!)… Des questions qui tournent en boucle dans nos têtes: comment vais-je faire pour ne pas prendre de poids? Pour compenser les excès? Comment profiter de mes proches sans me priver ou au contraire me ruer sur la nourriture? J’ai peur de craquer et de me gaver de chocolats! Que vont dire les personnes que je n’ai pas vu depuis plusieurs mois face à une telle prise ou perte de poids? Tous cela je l’ai bien connu!

Aujourd’hui, fort de mon expérience depuis plusieurs années, j’ai appris à me connaitre, à analyser mes émotions, mes réactions avant, pendant et après le(s) repas de fête. J’ai ainsi pu les apprivoiser et les maitriser. Cette année je peux dire que j’aborde sereinement l’approche de cette période. Et il me tenait à cœur, de vous livrer quelques conseils issus des conclusions que j’ai pu tirer de toutes ces années de maladie. Que vous soyez atteints d’anorexie, de boulimie, ou de quelque TCA que ce soit, voici mes petits « tips »! 

En aucun cas ces conseils ne remplacent un suivi médical et thérapeutique. Ce sont des choses qui ont fonctionnés sur MOI. Cela ne veut pas forcément dire qu’elles seront bénéfiques pour vous. A vous de savoir ce qui est bon pour vous. Ce qu’il est judicieux d’appliquer ou non selon votre cas, votre histoire, votre vécu, votre situation familiale…

~~~

AVANT LE REPAS

Ce que j’évite de faire

*Ne vous affamez pas pendant 3 jours dans l’objectif de compenser les calories que vous allez manger ce soir et demain. Ou au contraire dans le but de vous « lâcher » le jour J! C’est prendre de nombreux risques notamment celui d’arriver affamé au repas, se ruer sur les biscuits apéritifs ou se resservir 3 fois du plat et du dessert et culpabiliser d’autant plus après. C’est aussi donner la permission à votre corps de tout stocker. Et oui, s’il a été privé, il va vouloir faire ses réserves par peur de manquer à nouveau!!! Et puis si vous commencez une diète trop stricte plusieurs jours à l’avance, c’est s’exposer au risque de craquer juste avant de partir au diner de Noël. Ça serait quand même dommage de s’être priver et frustré durant tout ce temps pour ne même pas pouvoir profiter du repas au moment venu!

Ce que je peux faire

*Les jours précédents, mangez à votre faim! A la rigueur, si cela vous rassure, le repas précédent, mangez un peu plus léger. Notamment des aliments riches en fibres (rassasiants et peu caloriques) comme les fruits et les légumes, des protéines maigres (volaille, poisson, jambon blanc, œufs…) et des féculents pour éviter de s’affamer et avoir suffisamment d’énergie. Conservez des repas ÉQUILIBRES!

*Préparez votre mental à la fête. Conditionnez-vous à pensez positif en visualisant la soirée de Noël et le repas entouré de vos proches. Comment serez-vous habillé? Coiffé? Qui sera là? … Et RESSENTEZ la joie, les émotions positives qui se dégagent des retrouvailles avec votre tante ou cousine que vous n’avez pas vu depuis des mois. La douce caresse de mamie dans le dos lorsqu’elle vous servira votre assiette. Les compliments de votre petite cousine sur votre tenue. Ressentez ce bonheur enfantin lorsque votre oncle racontera sa traditionnelle blague « lourdingue » ou encore la fierté que vous aurez en racontant à tout le monde tout ce que vous avez réussi ou entrepris durant l’année écoulée. Ressentez et faites vibrer en vous toutes ces émotions. Non seulement pour les attirer à vous, mais aussi car cela vous rendra d’autant plus serein et détendu face à la situation.

*Si le repas ne se déroule pas chez vous, et que cela vous stress beaucoup trop, n’hésitez pas à être honnête et à appeler les personnes qui vous invitent pour leur expliquer et leur faire part de vos craintes! Non pas pour qu’ils vous prépare un repas spécial ou je ne sais quoi, mais simplement pour vous décharger d’un poids. Les gens seront au courant de votre malaise et mal être face à la nourriture (ce sont des adultes, ils sont aptes à comprendre et ne pas juger) et pourront ainsi vous mettre à l’aise juste par des petits gestes, des petites attentions, par exemple en évitant de vous « forcer » à reprendre une part de buche ou un petit verre de champagne. En évitant de faire des remarques anodines pour eux, mais qui, pour vous, sonnent comme une guillotine (« oh mais tu as bonne mine », « mais c’est tout ce que tu manges! », « et bien tu as bon appétit! »…). Et puis je suis certaines qu’ils seront ravies et touchés que vous soyez venu vous confier à eux. C’est une grande preuve de courage que d’avouer ses « faiblesses ». Il seront même reconnaissants que vous leur accordiez votre confiance! Ce n’est pas une marque de faiblesse, au contraire! Mieux vaut se décharger d’une émotion négative plutôt que de la ruminer, la garder bien enfouie, que vous passiez de mauvaises fêtes juste pour ça. Et c’est aussi le risque qu’elle ressorte plus tard!

*Si le repas se déroule chez vous, n’hésitez pas non plus à verbaliser vos peurs à vos parents par exemple. Et demandez-leur d’élaborer le menu ensemble. Mais attention, pas à menu à base de brocolis vapeur!!! Non. Un menu de fête qui puisse convenir à tout le monde. Vous serez averti du menu à l’avance ce qui vous permettra d’arriver plus serein au repas et de manger de tout comme tout le monde et ainsi de ne pas vous sentir encore plus « différent ». Quand au fait de mettre la main à la pâte, ça c’est vous qui le sentez. Si vous voulez faire le dessert ou aider votre maman à cuisiner car cela vous rassure c’est OK. Mais réfléchissez bien à la raison pour laquelle vous le faites. Est-ce pour contrôler la quantité de matière grasse ou de sucre et en profiter pour en mettre moins? Ou pour passer un moment de complicité avec votre maman? Et si cette année vous vous fixiez le défi de ne pas toucher à la préparation du repas, de lâcher prise, d’accepter de ne pas contrôler le contenu de votre assiette? Noël n’est-t-il pas l’occasion rêvée pour sortir de votre zone de confort? Après tout que peut-il vous arriver de si horrible? Tout le monde aura manger exactement la même chose (voir plus) alors pourquoi vous prendriez 10kg et pas les autres? 😉

*Avant de partir, si cela vous rassure, faites-vous une décoction de pante amère type artichaut ou gentiane. Cela stimulera les sécrétions biliaires qui favoriseront la digestion des éventuelles graisses ingérées lors du repas (d’autant plus si votre organisme n’a plus l’habitude d’en consommer régulièrement).

~~~

PENDANT LE REPAS

Ce que j’évite de faire

*Me PRIVER!!! Même si c’est difficile de manger comme tout le monde de l’entrée, du plat et du dessert + apéritif + boissons alcoolisées/sucrées forcez-vous un minimum! Sinon c’est là que vous allez attirer les regards à vous. Les gens verront que vous ne mangez rien, ils vous poseront des questions, vous mettront mal à l’aise, s’inquiéteront même peut être ou alors seront gênés et vous regarderont du coin de l’œil. Cela ne fera que mettre tout le monde mal à l’aise! Vous vous sentirez différent et en rentrant, vous allez vous retrouvez seul face à la maladie qui n’hésitera pas à vous rappeler que vous êtes « nul » et « lâche » de ne pas avoir profité de la fête comme chacun des convives. Tandis que si vous mangez comme tout le monde, non seulement vous serez fière de vous d’avoir franchi un pas et vous verrez que vous n’avez pas pris 3kg pour autant! A l’inverse vous pouvez aussi vous sentir libre de laisser un morceau de viande ou autre dans votre assiette si vraiment vous n’aimez pas ou si cela est trop pour vous. Je suis certaine que vous ne serez pas la seule. Souvent, arrivé en fin de repas, les gens n’ont tout simplement plus faim et n’hésitent pas à écouter leur satiété en laissant un peu dans leur assiette. Même si je ne vous encourage bien sûr pas à le faire (car bien souvent cela est fait pour de mauvaises raisons), il faut aussi savoir se respecter et ne pas se « gaver » par politesse.

 

Ce que je peux faire

*A l’apéritif ou lors du repas, prenez un verre de champagne ou (autre apéritif sans alcool si vous n’en buvez pas) COMME TOUT LE MONDE. Si cela vous rassure, garder votre verre à la main lors de l’apéritif et buvez-le doucement, en savourant. Les hôtes verront que votre verre n’est pas encore vide, cela évitera que l’on vous en propose un autre et donc éventuellement de vous mettre mal à l’aise en le refusant. De même à table. Prenez un verre si cela vous fait plaisir et buvez-le doucement afin d’éviter que l’on vous resserve et que vous vous sentiez obligé de le boire! Mais sentez-vous aussi libre de demander juste de l’eau si vous n’en avez pas envie! Je suis certaine que vous ne serez pas la seule à vouloir ce verre d’eau!!!

*Prendre part à la conversation. Impliquez-vous dans la conversation collective ou entamez la discussion avec votre voisin de table. Ainsi cela fera « diversion »: vous mangerez en même temps et ne vous focaliserez plus uniquement sur votre assiette. De plus, votre interlocuteur sera captivé par votre récit, et cela évitera de sentir que l’on observe votre assiette (ce qui, au passage, n’est souvent qu’une idée de notre part! Rappelez-vous, la nourriture est quelque chose de secondaire pour les gens « normaux » et pas une seconde ils ne pensent à comparer ce qui se passe entre leur assiette et celle des autres! C’est comme quand vous avez un défaut que vous détestez chez vous et que vous ne regardez que cela chez les autres. Par exemple si je déteste mon nez, et bien que ce soit dans la rue, en famille ou entre amis, je vais regarder le nez de tout le monde pour le comparer au miens. Tandis qu’une personne qui n’a aucun complexe avec son nez, ne prêtera aucune attention à celui des autres!)

*Observez les gens et prenez conscience que la nourriture est la dernière de leur préoccupation! Comptent-ils les calories? Sont-ils en train de trier le moindre bout de gras ou de séparer les aliments les uns des autres? NON, tout simplement NON! Prenez exemple! Ils mangent juste à leur faim, dans la bienveillance et la joie, ce qui leur fait envie et se sentent libres de se resservir ou de refuser la repasse de plat! Ce sont eux qui sont dans le VRAI! Ce sont pourtant des humains comme vous et moi, avec leurs qualités, leurs défauts, leurs joies, leurs peines, leurs doutes et pourtant ils s’accordent ce moment de joie, profitent du moment présent. Pourquoi pas vous?

~~~

APRÈS LES REPAS

*Et bien je reprendrais exactement les mêmes point que dans la partie « avant repas »! Buvez des tisanes et infusions pour vous aider à digérer (menthe poivrée, fenouil, artichaut, gentiane…) et éviter de ressentir cette désagréable sensation de « trop plein » tellement redouté lorsque l’on est atteint de TCA.

*Ne vous privez pas pour compenser. Reprenez une alimentation équilibrée en écoutant vos sensations de faim/satiété. A partir du moment ou vous mangez quand vous avez faim et que vous vous arrêtez lorsque vous êtes rassasiée vous ne grossirez pas !!!! Le corps est bien fait, il sait de quoi il a besoin à l’instant T et sait dans quel aliment trouver le ou les nutriments qui lui manque pour fonctionner correctement ! Il vous le fait savoir au moyen des envies. Avez-vous remarqué que certains jours vous aviez plus envie de légumes et d’autres, d’aliments plus consistants comme des pâtes ou des protéines ? C’est juste votre corps qui vous réclame l’aliment dont il a besoin. Donc la meilleure chose à faire c’est de lui donner pour qu’il vous laisse tranquille. Non seulement cela vous évitera des carences, et surtout cela vous évitera d’avoir des pulsions parce que la privation ça va 5min mais a un moment donné le corps est à bout et il craque !!!

*Allez faire du sport SI VOUS EN AVEZ ENVIE et non pour COMPENSER!

*Si vous avez du poids à prendre, ne sautez pas le repas suivant même si vous êtes sortie de table à 16h (ou plus tard)! Vous devez conservez votre rythme pour que votre corps se régule. Si vous sortez de table à 16h et que vous ne dinez pas, vous allez jeûner jusqu’au lendemain matin. En soi, une personne en bonne santé qui à mangé plus que d’habitude est largement capable de le faire. Vous, rappelez-vous que vous n’avez pas de réserve et qu’un jeun si long serait mettre votre corps encore plus en souffrance! Alors même si vous mangez un repas plus léger et plus tard mangez quand même un peu! Il sera certainement très difficile de se remettre à table alors que les autres ne penseront qu’à une chose: ne pas manger!!! Mais rappelez-vous pourquoi vous le faites! Vous menez VOTRE combat, pour VOUS! Vous avez un objectif poids/santé à atteindre alors soyez fière de ce que vous faites, soyez fière de vous! Vous êtes en train de faire du bien  votre corps en lui redonnant vie!

*Et si c’est trop difficile, que vous vous sentez « salie », « gros » et « moche » (ça c’est la petite voix de l’anorexie qui le dit!!!) remémorez-vous les bons moments passés en famille, ressentez et faites vibrer les émotions positives en vous!

~~~

MES CONSEILS EN PLUS

Sortir de sa zone de confort est le meilleur moyen de se rendre compte que finalement, derrière les barrières que l’on se fixe nous même, l’extérieur n’est pas si horrible et dangereux qu’on le pense. Même si les barrières sont parfois hautes à franchir, cela ne vaut-il pas le coup d’essayer? Au pire, on chute et tant pis on recommence jusqu’à ce que l’on y arrive. Au mieux, on découvre un monde étranger derrière la frontière. Et quoi de plus merveilleux et enrichissant que de découvrir un pays, une terre inconnue?

Souvenez-vous, une famille on en a qu’une! Vous avez, je l’espère, la chance d’être entouré, aimé, alors PROFITEZ de ses moments de partage, remplissez-vous de l’amour de vos proches qui ne vous veulent que du bien. Qu’est ce que 2 ou 3 gros repas, 2 ou 3kg sur la balance comparé au bonheur et à l’amour partagé…? 😉

La période des fêtes c’est aussi l’occasion de se recentrer sur soi, de déconnecter avec les réseaux et de vous ressourcer auprès de vos proches. De faire un bilan de l’année écoulée et de vous fixer des objectifs concrets à atteindre pour l’année à venir. Notez-tout cela dans un petit carnet que vous ré ouvrirez dans un an et vous verrez que, même si vous avez parfois l’impression de ne pas avancer, de procrastiner, … finalement vous évoluez et avancez beaucoup plus et beaucoup plus vite que vous ne le pensez!

Sur ces belles paroles, je vous laisse méditer, suivre mes conseils si vous le voulez/pouvez. Prenez soin de vous, respectez-vous, et je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année…

*LOVE*

 

Only registered users can comment.

  1. Je voulais te remercier du fond du coeur pour ton article . 23 ans que je me bats contre les tca, et les periodes de fêtes ou de repas de famille sont toujours compliquées. Je vais suivre tes conseils cette année. Je te souhaite d’excellentes fêtes de fin d’années. 🙏😘

    1. Merci pour ton retour Fanny! Je sais à quel point la période des fêtes peut être source de nombreuses angoisses lorsque l’on est atteint de TCA. Alors si mes petits conseils perso peuvent te servir et t’être utile pour sortir de ta zone de confort cette année, tu m’en vois ravie. N’hésites pas à revenir vers moi la semaine prochaine pour me dire comme se sont passé ces fêtes 😉 Passes un merveilleux Noël Fanny et zen, tout va bien se passer si tu veux que tout se passe bien 😉

  2. Bonjour !
    Je te suis sur Instagram et j’ai atterri sur ton blog suite à cette mention d’article car cela m’intéressait fortement. Et je ne suis clairement pas déçue mais plutôt agréablement surprise et comblée ! Je vais m’intéresser de plus près à ton contenu, c’est évident !
    Il est parfois difficile de créer du contenu neuf et surtout qui soit utile notamment sur le sujet épineux des troubles du comportement alimentaire. Je souffre d’anorexie mentale depuis 4 ans environ. C’est toujours une période compliquée que celle des fêtes de fin d’année. Et je cherchais désespérément à rationaliser les choses et à relativiser en me concentrant sur ce qui m’apporterait du positif et je tombe sur tes conseils très pertinents et vraiment super super bien documentés ! Ça se voit que tu es passée par là parce que tu as une sensibilité pour relater les choses qui est propre à des personnes qui connaissent les TCA de l’intérieur. Je te remercie pour avoir mis à profit ton vécu afin de nous aider avant cette période stressante mais qui est avant tout un moment de partage et de convivialité. Finalement, après la lecture de ton article, je ressens tout le positif qu’il y a à en tirer des fêtes. Je me dis qu’il vaut mieux accepter de me laisser aller à apprécier et à savourer ces moments car ils sont occasionnels et en faire de beaux souvenirs plutôt que de choisir la facilité en restant dans une zone de confort délétère. Surtout que je ressens des envies en ce moment et je me dis que c’est posirif et que la prochaine étape est d’écouter ces envies. Merci pour cet article au top du top 🙏🏽😘

    1. Bonjour Héléna! Un énorme merci à toi pour ton témoignage et ton commentaire qui me va droit au cœur… Il y a malheureusement beaucoup trop de personnes touchées par les TCA et je sais à quel point la maladie est destructrice à tous les niveaux! Alors si mes quelques conseils peuvent t’aider à passer les fêtes sereinement mon objectifs sera atteint et tu m’en verra la plus heureuse du monde! N’hésites pas à revenir me dire comment se seront passées ces fêtes de fin d’année 😉 En tout cas PROFITES, remplis toi de l’amour de tes proches c’est tout ce qui compte! Belle soirée à toi Héléna!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *