Blog | Humeur, réflexion et développeloppement personnel

Soyez vous et … c’est tout!

12 septembre 2018

 

Aussi loin que mes souvenirs puissent remonter je me suis toujours sentie en « décalage » avec les personnes de mon âge, les gens, avec la société en générale. Et autant que je me souvienne je n’ai jamais accepté cette différence que je sentais en moi. Je me sentais mal dans ma peau, j’étais grande, formée très jeune, ma mère voulait que je m’habille de telle manière alors que je détestais ces vêtements, mes parents n’étaient pas assez « cool » comparé à ceux de mes amies, nous n’avions pas d’ordinateur à la maison… Et j’étais tellement convaincue que les autres me voyaient aussi différente que finalement je m’isolais toute seule. Non pas que je n’avais pas d’amies, mais très peu (cela dit ces amies je les ai toujours gardées auprès de moi, même encore aujourd’hui. Donc comme on dit mieux vaut avoir peu d’amies mais des vrais!).

J’ai toujours voulu être l’inverse de ce que j’étais dans le but d’être « comme les autres ». Par peur du rejet, de l’abandon certainement … Je préférais être la petite discrète de la classe qui ne dit jamais rien, qui ne lève jamais la main, qui ne participe jamais aux soirées de classe, qui ne fume pas, qui s’assoie au 1er rang et que a toujours la meilleure note. Je voulais être petite parce que les filles petites et menues se faisaient chouchouter par les plus grandes qui les prenaient pour leur poupée. J’ai toujours voulu avoir des lunettes et un appareil dentaire parce que j’avais l’impression que la maitresse s’intéressait plus à eux parce que qu’ils avaient des « soucis de santé ». J’ai toujours rêver de prendre la parole en classe, monter sur l’estrade un jour de kermesse, prendre le micro et me mettre à chanter et danser devant toute l’école qui serait admirative de ma prestation, alors que dans la réalité j’étais tellement introvertie que je devenais rouge écarlate dès que l’on m’adressait la parole! Bref en fait je voulais être différente dans l’unique but que l’on m’admire, que l’on me jalouse, que l’on prenne soin de moi, que l’on m’aime…

Sauf que c’est juste impossible de se changer physiquement et, même si le caractère se travaille, le naturelle revient toujours au galop quand on ne s’y attend pas! Rien ne sert de se mettre un masque car il y aura toujours quelqu’un pour vous démasquer tôt ou tard en s’infiltrant dans une faille encore sensible chez vous.

Mais alors comment faire pour ne pas devoir porter de masque?

S’ACCEPTER tout simplement! Bien souvent, le sentiment d’être « trop comme ci » ou « pas assez comme ça » n’est que le fruit de notre imagination . C’est nous qui nous créons de fausses croyances sur la « normalité », sur ce que les autres ont dans leur tête à propos de nous! C’est nous qui nous créons des blocages et qui nous empêchons de réaliser des choses par peur! Et peur de quoi? Du regard des autres? De leurs jugements? Qui sont eux mêmes, la plupart du temps, totalement créés et déformés par notre imaginaire!!!

Soyez juste VOUS-MÊME, assumez ce que vous faites à 200% et rien que pour le fait d’oser et d’assumer cela forcera le respect (voir même l’admiration) des autres! A l’inverse, si vous faites les choses pour les autres, sans être véritablement en accord avec vous même, que vous le faites « en cachette » ou parce que c’est « à la mode », les gens vous sentirons mal dans vos baskets, ils sentirons inconsciemment (ou non) le malaise qui s’installe et c’est là que s’ouvre la faille qui permettra aux autres de prendre le dessus sur vous, de se « moquer », critiquer, juger négativement…

Et c’est le cercle infernal qui s’enclenche… On vous juge, vous ne vous sentez pas/plus crédible, vous perdez confiance en vous, en vos capacités, en vos projets. Le malaise s’amplifie, le mal-être grandi. Cela se voit de plus en plus. Les gens vous jugent alors plus sévèrement ce qui renforce encore un peu plus la mauvaise estime que vous avez de vous même…

Il est extrêmement difficile de savoir qui l’on est profondément aujourd’hui. Nous sommes influencés à longueur de journées par les médias, les réseaux sociaux…qui nous font croire qu’il faut être « comme ci » ou « comme ça » pour être bien dans son corps et dans sa tête. Mais nous sommes tous différents, nous avons tous des besoins, des envies et des aspirations différentes. Il faut accepter de laisser son égo de côté, se recentrer sur soi par des techniques comme la méditation, la sophrologie, hypnose,… identifier ce qui nous fait du bien, comprendre nos façons de faire, nos mécanismes inconscients, écouter nos envies profondes et secrètes, tirer des leçons de nos erreurs et OSER montrer au grand jour sa différence et faire de cette différence une force.

Et oui, posez-vous la question suivante: « Pourquoi j’admire cette fille? Pourquoi je l’envie? » et réfléchissez 2 secondes. Dans la majorité des cas (que cela soit pour son physique, un trait de caractère, sa profession, son niveau de sport…) c’est par le fait qu’elle se démarque des autres par quelque chose qu’elle avait en elle, qu’elle a su développer et en faire en quelque sorte SA marque de fabrique.

Chaque être humain est différent, chacun a ses qualités, ses défauts, ses forces, ses faiblesses, ses envies, ses passions, ses goûts, ses objectifs… et heureusement car c’est ce qui fait la richesse de ce monde. On s’enrichit tous au contact des autres, alors si tout le monde se calque les uns sur les autres ou est l’intérêt??? Développez VOTRE force, votre marque de fabrique et contribuez en même temps à enrichir les autres par vos centres d’intérêts qui ne sont pas forcément les leurs 😉

Et vous, dites-moi qu’elles sont vos aspirations secrètes qui sommeillent en vous et qui ne demandent qu’à éclorent au grand jour?

Only registered users can comment.

  1. Bravo Julie pour ce superbe article ! Je suis entièrement d’accord avec tout ce que tu as écris ! 🙂 Notamment par rapport aux réseaux sociaux. On envie souvent la vie des autres alors que l’on devrait juste être soi même pour nous aussi refléter ce bonheur et cette confiance en soi que l’on voit chez les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *