Blog | Lectures

« Le plus bel endroit du monde est ici » de Francesc Miralles Care Santos

4 juillet 2018

Depuis janvier 2018 je me suis fixé l’objectif de lire un livre par mois. Pari tenu jusqu’à présent. Je me suis dis que créer une catégorie dans laquelle je vous partagerai régulièrement mes lectures coup de cœur pouvait être une bonne idée.

Pour le premier article de cette catégorie je tenais à vous parler d’un petit bijou que j’ai terminé il y à déjà quelques temps de cela mais dont j’avais envie de vous parler car il m’a beaucoup inspiré. Il s’agit du livre de Francesc Miralles Care Santos « Le plus bel endroit du monde est ici ».

 

Ce roman nous offre une belle leçon de vie. L’histoire d’une rencontre hors du temps entre un homme et une femme dont le destin va être bouleversé… parce que, non, dans la vie il n’y a pas de hasard il n’y a que des rendez-vous… et ces rendez-vous sont là pour nous guider, nous aider à prendre la direction dans laquelle nous devons aller et non pas forcément celle que nous voudrions à l’instant T.

Ce livre nous fait prendre conscience de l’importance du moment présent (« Oublie le passé, oublie ce qui va suivre, maintenant tu es partout et nul part à la fois », « On ne peut comprendre la vie qu’en regardant en arrière, mais on ne peut la vivre qu’en regardant vers l’avant »p142, « On ne peut ressentir le bonheur dans toute son intensité que lorsqu’on est déjà tombé très bas ou monté très haut, pour la bonne raison qu’il s’agit d’un jeu de contrastes. Ceux qui nagent toujours dans le spectre moyen des émotions ne connaitrons jamais l’essence de la vie » p51).

Il nous éclaire aussi sur la façon dont on voit les choses, dont on se voit nous même et dont on interprète la fameuse « perfection » (« Tout est unique! Si tu réfléchi bien, dans la nature rien n’est parfait: la nature est asymétrique et possède une date de péremption. Rien n’est achevé, tout est constamment en train de mijoter dans la grande marmite de la réalité. Rien n’est fini en ce bas monde, et la beauté de la vie selon les japonais, c’est l’art de l’imperfection. Ils appellent ça wabi-sabi. L’imparfait, le temporel, l’incomplet. Tout ce qui en vaut la peine est wabi-sabi. p176).

Tout un programme… Mais malgré tout c’est une histoire de 187 pages qui se lit avec plaisir, sans prise de tête!
J’espère vous avoir donné envie de dévorer ce petit « bonbon » 😉

Bonne lecture!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *