Blog | Lectures

« Et tu trouveras le trésor qui dort en toi » – Laurent Gounelle

23 août 2018

     Comme dans chacun de ses romans, Laurent Gounelle nous pousse à travers l’histoire de personnages fictifs, à une certaine réflexion personnelle sur un sujet en particulier. Dans son dernier roman « Et tu trouveras le trésor qui dort en toi », il nous amène à réfléchir sur la notion de l’ego à travers les aventures de Jérémie, un jeune prêtre, dont l’église semble se vider petit à petit; et Alice, une ancienne camarade formée en marketing, prête à bouleverser les codes, non seulement des messes de Jérémie, mais de l’Eglise et de la religion chrétienne tout entière en allant déchiffrer les écrits de la Bible.

Voici quelques extraits du livre qui m’ont marqués et qui retranscrivent la morale de l’histoire.

~~~

« Le mental c’est une cognition incessante de la pensée qui prend l’ascendant sur le cœur et le corps au détriment de l’intuition, de l’instinct, de la conscience d’être. »

« Quand vous êtes dans le mental c’est comme si vous n’habitiez plus votre corps, n’écoutiez plus votre cœur, ne ressentiez plus votre existence. Vous interprétez la réalité le plus souvent en la déformant, vous prêtez aux autres des intentions qui ne sont pas les leurs, vous projetez vos peurs, vos problèmes, vos doutes et vos attentes. Vous réfléchissez les évènements au lieu de les vivre! Votre mental interprète l’évènement qui arrive ou la parole que quelqu’un prononce en fonction de vos connaissances, de votre vécu personnel, de vos croyances et de vos convictions sur vous, les autres et le monde. Toutes ces choses émanent du passé. Quand le présent vous fait ressentir de la peur, c’est que vous projetez mentalement dans un futur imaginaire vos interprétations issues du passé. Le mental vous coupe ainsi du présent »

« L’égo est le fruit de la peur. Peur de ne pas être « assez », de ne pas avoir de valeur aux yeux des autres. Il s’attache à tout ce qui vous valorise mais qui n’est pas vous. Quant à la peur, elle est le produit d’un processus mental. Ce sont nos pensées qui nous amènent à nous prendre pour ce que nous ne sommes pas. Le mental pousse l’égo à endosser des rôles. Le mental cultive l’égo. »

« C’est l’égo qui désir (objet, argent…) pour se renforcer, se valoriser. A travers ce que l’on désire on cherche inconsciemment à accroitre notre identité ou plutôt notre sentiment d’identité. Ne sachant pas profondément qui nous sommes, on ne sait pas comment être plus soi-même. On désire alors des choses pour tenter d’exister un peu plus grâce à elles. Mais nous nous créons une fausse identité rassurante. Or plus on développe cette fausse identité, plus on s’éloigne de sa vraie nature, sa nature divine, et plus on est malheureux… »

~~~

Alors, ces petits extraits t’ont toi aussi donné envie de te plonger dans ce roman? Quel a été ton roman de l’été?

Only registered users can comment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *