Blog | Humeur, réflexion et développeloppement personnel

Troubles alimentaires: aborder les vacances d’été en toute sérénité!

11 juillet 2019

Suite à mon article sur « comment aborder les fêtes de fin d’année sereinement lorsque l’on est atteint de troubles du comportement alimentaire », plusieurs consultantes m’ont demandé des conseils pour aborder plus sereinement la période des vacances d’été entre amis ou en famille.

En effet, partir en vacances (ou tout simplement en week-end hors de chez soi) lorsque l’on est atteint de troubles du comportement alimentaire peut relever du véritable défi et faire DU moment tant attendu de l’année par la majorité des gens, un véritable enfer. Et oui, sortir de ses petites habitudes et rituels qui nous rassurent tant. Ne pas pouvoir décider seul(e) du menu. Ne pas forcément gérer la préparation des repas, l’heure à laquelle on passe à table. Mais aussi les apéros (et oui vacances obligent!!!), le fait de devoir adapter sa pratique sportive aux activités prévues par le groupe… Tout cela peut être source d’angoisses.

Que vous soyez atteints d’anorexie, de boulimie, ou de quelque TCA que ce soit, voici mes petits « tips »! Des petits conseils que j’ai pu appliquer (et applique encore) sur moi-même dans ce genre de situation.

En aucun cas ces conseils ne remplacent un suivi médical et thérapeutique. Ce sont des choses qui ont fonctionnées sur MOI. Cela ne veut pas forcément dire qu’elles seront bénéfiques pour vous. A vous de savoir ce qui est bon pour vous. Ce qu’il est judicieux d’appliquer ou non selon votre cas, votre histoire, votre vécu, votre situation familiale…

~~~

Avant de partir

  • Essayez de ne rien anticiper. Ne pas commencer à faire des suppositions, des plans dans sa tête, du genre « il est hors de question que je prenne l’apéro tous les jours » ou « je me ferai mes crudités à la place de leurs cacahuètes » ou encore « quand les autres seront à la sieste ou feront la grasse mat’ j’irai courir »… Car de toute façon rien ne se passe comme on l’a prévu. A trop vouloir prévoir il y a forcément des imprévus qui n’en auraient pas été si vous n’aviez pas tout planifié dans votre tête. Donc le meilleur moyen de ne pas être déçu c’est encore de ne rien s’imaginer, car la plupart du temps, au moment venu, tout se passe comme sur des roulettes.
  • Ne pas se priver ou faire un « régime drastique » dans le but de perdre quelques kilos pour rentrer dans votre maillot de bain. Avant toute chose, posez-vous les questions suivantes: « pour qui ou pour quoi je veux perdre du poids? » Parce que j’en ai réellement besoin d’un point de vu santé? Parce que j’ai réellement pris du poids par rapport à mon poids de forme? Par peur du regard et/ou jugement de mes amis / famille?

Pendant le séjour

  • Ne vous excluez pas en amenant votre propre nourriture, en ne mangeant pas comme tout le monde ou en quittant le groupe chaque jour pour faire votre séance de sport… Pour plusieurs raisons: Cela ne fera que renforcer votre idée que vous êtes différent des autres. C’est laisser gagner la petite voix de la maladie alors que vous devriez au contraire voir cette semaine ou ces quelques jours comme libérateurs et l’occasion de vous prouver que vous POUVEZ LE FAIRE! Et puis cela ne fera qu’agacer le reste du groupe, la tension risque de monter au bout d’un moment, l’ambiance va devenir pesante (entre autre à cause de votre comportement), les autres vont alors vous exclure volontairement et vous vous culpabiliserez d’avoir fait passé un « mauvais » séjour à tout le monde en plus d’avoir gâché le votre, ce qui ne fera que diminuer d’autant plus la piètre opinion que vous avez de vous même!
  • Mais souvenez-vous aussi que vous êtes LIBRE. Libre de refuser un verre d’apéro si vous n’en n’avez RÉELLEMENT pas envie. Libre de vous éclipser du groupe une petite heure pour passer du temps seul, marcher le long de la plage, faire du sport… mais faites-le juste pour les bonnes raisons. C’est à dire pour vous octroyer un moment de bien-être rien qu’à vous et non pas pour en profiter pour aller brûler vos calories du resto de la veille ou de faire en sorte de ne pas prendre un verre d’alcool pour être sûr d’ingérer moins de calories que les autres par exemple!!!
  • Surtout pas de privation!!! Ai-je réellement besoin de vous dire pourquoi? Vous savez pertinemment que le risque number 1 est de craquer+++ au retour quand vous retrouverez seul chez vous. Et là je ne vous raconte même pas l’état psychologique dans lequel vous allez vous retrouver: non seulement la culpabilité liée à la crise en elle même, mais aussi celle de n’avoir pas su profiter à temps et donc, certainement, d’avoir pu éviter la crise qui s’en est suivi.
  • N’oubliez pas que souvent ce sont les mots qui font peur. Les mots comme « apéro », « restaurant », « barbecue », « burger », « frites », … Replacez toujours les choses dans leur contexte. Qu’est-ce que cela veut dire? Tout simplement qu’aller au restaurant n’est pas forcément synonyme de repas riche. Vous pouvez très bien prendre une salade ou du poisson avec des légumes et du riz par exemple. En général un repas au restaurant est tout à fait équilibré. Tout comme durant un barbecue, un morceau de viande (=portion de protéine) + quelques chips (=source de glucide et portion de gras de mon repas) + quelques tomates cerise par exemple (=ma part de légume). Idem pour un burger: pain (=portion de féculents) + steak haché (portion de protéines) + salade, tomate… (=portion de légumes) + matières grasse (=portion de gras nécessaire à chaque repas). Et pareil pour l’apéro, il y a, certes, des cacahuètes, chips, saucisson… mais il peut y avoir aussi des tomates cerises, bâtonnets de crudités… Bref vous aurez compris le principe pour dédramatiser la chose. Mais le point essentiel à retenir dans tout cela c’est que le rassasiement passe à la fois par le ventre (lorsque l’estomac est plein) mais aussi par la tête (=rassasiement sensoriel) c’est à dire que le sentiment de satiété n’arrive que lorsque ces 2 conditions sont satisfaites. Donc conclusion préférez vous faire plaisir en mangeant quelques frites au restaurant, quelques chips ou cacahuètes à l’apéro ou un verre d’alcool. Cela vous procurera le plaisir nécessaire au processus de contentement/rassasiement et cela vous évitera de vous emplir le ventre de crudités que vous mangerez certainement en plus grosse quantité pensant que c’est « sain » et qui entraîneront des ballonnements, cette sensation d’avoir « trop » mangé et surtout de la FRUSTRATION.
  • Peur de ne pas pouvoir tenir votre « programme sportif » ou de faire moins de sport qu’à l’ordinaire ou juste de moins bouger et de rester allongé sur la plage? Rappelez-vous que LE SPORT N’EST PAS OBLIGATOIRE!!! En revanche pratiquer une activité physique quotidienne est, certes, vivement recommandée et nécessaire. Pas de panique! Même si vous ne faites pas vos 3 séances de cardio, vos 3 séances de renfo et vos 2 cours de yoga (ce qui au passage est TROP!!!) habituels, relativisez en vous disant qu’en vacances vous êtes certainement plus actif que d’ordinaire. Et oui on peut être sportif ET sédentaire! Même si vous allez courir 10km chaque matin et que le reste de la journée vous êtes assis à votre bureau et que vous vous déplacez en voiture vous êtes considéré comme sédentaire! (Et oui!!!) Hors, en vacances, on est inévitablement amené à bouger plus! On vis dehors, on va à la plage à pieds, on nage (ou on barbote!) dans l’eau, on fait des randos, on crapahute et on arpente les rues des villes à leur découverte, on fait du canoë, de l’escalade, … ou toutes autres activités à « sensations ». Cela est largement suffisant en terme d’activité physique et cela « compense » le sport (au sens ou on l’entend) que vous ne faites pas. Et puis après tout les vacances c’est fait pour se reposer. Aussi bien le corps que l’esprit. Le repos physique fait aussi partie intégrante de l’entrainement. N’importe quel sportif de haut niveau vous le dira, le repos est nécessaire au corps pour se régénérer et éviter les blessures. Et puis vous en repartirez d’autant plus motivé et performant.
  • Dans un groupe, retenez bien que le principe est que chacun à son mot à dire et son avis à donner quant l’organisation du séjour. Chacun doit faire des compromis afin que chacun y trouve son compte. Alors n’hésitez pas à proposer des activités ou des repas qui vous plaisent. Cela vous rassura, vous serez un peu dans votre zone de confort et vous ferez certainement découvrir des choses à vos amis / famille qu’il ne connaissent pas. Mais à l’inverse, acceptez aussi de goûter aux plats de vos amis ou de participer à leurs activités avec plaisir, en gardant en tête que vous étiez bien content qu’ils mangent votre plat la veille et vous complimentent dessus ou qu’ils acceptent une rando au lieu de chiller à la plage alors que ça ne leur faisait pas forcément plaisir.
  • PRO-FI-TEZ!!! Ces instants sont si rares et si précieux pourquoi en avoir peur et les gâcher pour quoi au final? Éventuellement 1 ou 2 kg en plus sur la balance au retour? Qu’est-qu’un kilo par rapport au bonheur de passer du temps avec les gens que l’on aime? Il sera toujours temps, si vraiment cela est nécessaire, de les reperdre au retour.

Mes conseils en plus

  • Sortir de sa zone de confort est le meilleur moyen de se rendre compte que finalement, derrière les barrières que l’on se fixe nous même, l’extérieur n’est pas si horrible et dangereux qu’on le pense. Même si les barrières sont parfois hautes à franchir, cela ne vaut-il pas le coup d’essayer? Au pire, on chute et tant pis on recommence jusqu’à ce que l’on y arrive. Au mieux, on découvre un monde étranger derrière la frontière. Et quoi de plus merveilleux et enrichissant que de découvrir un pays, une terre inconnue?
  • Souvenez-vous, une famille on en a qu’une et les amis sont des trésors précieux! Vous avez, la chance d’être entouré, aimé, de partir en vacances alors que la majorité des gens rêverait de pouvoir le faire mais s’en privent par manque d’argent ou de temps. Alors PROFITEZ de ces moments de partage, remplissez-vous de l’amour de vos proches qui ne vous veulent que du bien. Qu’est ce que 1, 2 ou 3 semaines hors de chez vous? 2 ou 3kg sur la balance comparé au bonheur et à l’amour partagé…? 
  • La période des vacances c’est aussi l’occasion de se recentrer sur soi, de déconnecter avec les réseaux et de vous ressourcer. Alors coupez autant que possible le téléphone. Voir les autres bouger ou manger différemment peut vous faire culpabiliser alors cela ne sert à rien. Observez plutôt les gens autour de vous et remarquez comme ils ne se prennent pas la tête avec l’alimentation, avec le sport. Ils mangent sans se poser de question, ils profitent et constatez comme leur préoccupations sont bien loin des votre! Vous paraissent-ils heureux? Malheureux? Et ce sont eux qui ont RAISON! Une vie on en a qu’une, alors pourquoi s’imposer des contraintes nous même et nous rendre malheureux au lieu de juste profiter?

Sur ces belles paroles, je vous laisse méditer, suivre mes conseils si vous le voulez/pouvez. Prenez soin de vous, respectez-vous, et je vous souhaite de très belles vacances…

*LOVE*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *